Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prothèse, antithèse, te baisent

Publié le par Ardalia

Ah, chers lecteurs, la normalité... Quelle chienlit !

 

Il y a quelques années, je me suis fait réappareiller, c'est-à-dire fait faire de nouvelles prothèses auditives. Alors, on m'a présenté un petit Simince (la marque qui a conçu ton four et mon métro) numérique qui allait changer ma vie. En effet, il était plus petit que les anciens analogiques, plus subtil en son, plus pratique à utiliser en milieu bruyant grace aux micros directionnels et... deux fois moins puissant. Je me plaignis immédiatement de ce manque de puissance, mais on me répondit que ce que je gagnais en finesse de son (presque le son d'une oreille normale) allait largement compenser cela. Je demandais à pouvoir mettre plus fort, on me répondit que ce n'était pas possible et qu'il ne valait mieux pas car qui peut mettre plus fort le fera forcément (ce qui est faux). Je partis donc, pourvue d'un son eeestrordinaire (de fait) et d'une audition revue à la baisse. Ma mère elle-même se plaignait de l'appareillage de mon père, arguant qu'il entendait moins bien avec les nouvelles prothèses (dont il fut pourvu largement avant moi). L'essentiel, voyez-vous, c'est qu'on avait désormais de petites prothèses... Des ptites prothèses mimis avec des ptites piles rikikis adorables ! Si c'était pas trognon !

 

La semaine dernière, j'ai fait une bêtise, j'ai laissé la bride à la coiffeuse. En effet, voulant me laisser pousser les cheveux, je décidai de me faire faire une vraie coiffure (je me coupe moi-même les cheveux depuis plus d'un an) afin de ressembler à quelques chose et de pouvoir ne plus y penser avant six mois. Bien entendu, le premier soucis de la coiffeuse fut de me cacher les oreilles. J'aurais dû le savoir, ils font tous ça, si on les laisse faire. Pour cacher, vouc comprenez...

 

Or, messieurs mesdames mes lecteurs, plus on cache quelque chose d'incontournable, plus il faut en parler... Attention, je nous parle pas des sous-crétins qui vous disent (croyant faire plaisir) : "mais t'es pas sourde puisque tu entends", je parle des gens du quotidien, parfois même des amis un peu oublieux. Il faut même parfois soulever l'ingénieux cache capillaire pour montrer les choses, les faire apparaître aux yeux des interlocuteurs, afin que percutent leurs quelques neurones surnageant.

 

J'ai appris, pas plus tard que tout à l'heure, qu'il existe des numériques qui ont la puissance de mes vieux analogiques, mais qui, enfer et putréfaction, sont aussi des "gros", avec des "grosses" piles "bleues". Ca existe et ça existait avant. C'est plus puissant, mais c'est tout vilain... C'est-à-dire que pour des raisons purement esthétiques, pour le confort de vos yeux de faibles, de chougneurs, d'hystériques de la normalité, je suis auditivement bridée depuis des années. Je le redis plus lentement. JE SUIS SOURDE, J'AI BESOIN DE PROTHESES, MAIS ON ME BRIDE L'AUDITION QUE L'ON ME REDONNE POUR DES RAISONS ESTHETIQUES.

 

Est-ce que vous imaginez votre opticien vous dire, que bon, vous perdez en vision, mais que vos verres sont tellement moins moches ! La gageure ! Alors, comment vous dire... mettons que je ne l'entends pas tout à fait de cette oreille.

 

Tout d'abord, mes cheveux vont finir par être assez longs pour que je les attache, voire que j'en fasse des chignons, ne croyez pas que je vais me gêner pour mettre en valeur ma nuque gracile et mes vastes pavillons meublés. Par ailleurs, je vais laisser tomber les coques "roses" des prothèses qui font assez excroissance de chair, il faut bien reconnaître que ce n'est pas du meilleur goût. Les prochaines seront grosses, il va sans dire, je n'ai aucun complexe, aucune fausse honte à porter la main à mes oreilles pour bidouiller le potentiomètre ou les programmes de son, et qu'elles seront noires ou marron (le choix n'étant pas toujours possible), mais pas discrètes, vous pouvez me croire. Enfin, ce seront des Phonak, la marque des bouchés, le bulldozers des pots, la rolls des sévères sourdingues. Je viens de perdre une ultime illusion sur l'audioprothésiste de mon enfance, mais j'aurai dû me méfier, une catholique lyonnaise installée à Versailles, ça ne promet pas des trésors d'ouverture d'esprit.Mais c'est mal de penser comme ça, je ne suis pas si étroite, moi.

 

Moi, j'assume ma différence, tous les jours, toutes les nuits, si casse-couille soit-elle au quotidien, si elle vous gêne, croyez-moi, ce n'est vraiment pas mon problème. Allez vous faire voir au pays où les cons plexent.

 

je vais vous dire une bonne chose, pour ne pas rester sur de l'amertume, les enfants n'ont pas peur de la différence, ils sont curieux, ils tripotent, ils rencontrent. Pensez à cela avant de projeter vos complexes sur autrui, ce qui vous fait honte, c'est vous, rien que vous-mêmes.

Commenter cet article

Otir 04/05/2010 23:53



Vive la différence !


 


(ah ça faisait longtemps que je ne l'avais pas dit !