Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Crac Boum Ouille

Publié le par Ardalia

Chers lecteurs, vous me connaissez, il convient d'admettre que je suis, d'une façon générale et spécialement en ce qui me concerne, légèrement défaitiste. Non, ne protestez pas, moi aussi je vous connais un peu, vous savez.

Donc, quand, il y a deux mois, mon ostéopathe me dit franchement ce que tout le monde pense tout bas, à savoir que j'ai une petite scoliose (et non, comme je le pensais, une attitude scoliotique), il me suffit de quelques pas chez moi pour laisser éclater ma culpabilité accompagnée de quelques larmes et d'un discours édifiant sur mon talent à me détruire au lieu de vivre, pauvre naze pourrie de la moëlle que je suis. Je décide néanmoins d'apprendre pour de vrai à me tenir droite même assise, ce qui n'est pas une sinécure quand on est seule, sans corset et sans duègne aigrie et castratrice pour pallier à la mémoire. 

J'ai donc passé ces deux mois à me tenir droite, autant que faire s'est pu. Suite à un problème à la main gauche, lié à mes gros travaux de mur de l'an dernier, je ne pouvais pas faire d'exercice du type le chat (yoga) qui aurait contribué à maintenant la souplesse de la colonne retrouvée sous les doigts du praticien. Mais, par hasard, il y a deux semaines, j'ai trouvé un petit exercice très simple à faire assise et qui me soulageait diantrement les lombaires (position assise bien droite, mains sur les genoux, pousser le torse en avant, comme pour faire admirer son décolleté et revenir en soufflant. C'est divin). Néanmoins, les douleurs revenaient doucement, y compris les douleurs projetées. 

C'est donc avec une certaine appréhension que  je suis entrée dans le cabinet de mon médecin ostéopathe tout à l'heure, allait-il trouver un progrès, mon exercice était -il vraiment bon ? Pleine de confiance, je lui fis part de mon problème de main, alors même que j'ai depuis une semaine une lettre pour voir un chirurgien de la main, écrite par ma doctoresse. 

Comme d'habitude, j'essaie d'avoir l'air cool en me déshabillant alors qu'il attend devant la table avec l'air concentré d'un spirite qui sent monter les esprits dans ses tubulures intimes. A peine suis allongée sur la table que je suis tordue d'un -crac- coté, de -crac- l'autre et écrabouillée sur le dos sous son torse viril (c'est là que j'ai dû choper son after-shave sexy) un certain nombre de fois et pour finir craquée et palpée de la tête dans un grand concert de Larsen déchainés. Mais je n'étais pas au bout de mes peines, avoir avoir testé mes jambes et mon épaule droite, il fond sur mon bras gauche dont il connaît l'hypotension à l'épaule et commence à me secouer la main dans un mouvement qui rappelle assez celui que l'on fait pour étendre une nappe. La mienne est plein de faux-plis, semble-t-il, c'est un vrai concert de cracs, chaque doigts, le poignet, le coude, l'index avec le majeur, le pouce, le poignet, le  coude, le poignet, etc. C'est tordu, tiré, secoué, retordu dans les mains rassurantes du médecin du sport, il est sûr de lui, j'ai confiance. Je souffre avec quelques grimaces jusqu'au grand crac final qui libère enfin le poignet gracile et délicat qui est le mien. On fait rejouer l'articulation, ça coulisse dans le beurre, je suis sûre que tout est décoincé, y compris le tendon du petit doigt qui me handicapait tant depuis près d'un an. Que n'en ai-je parlé plus tôt...

Mais c'est rhabillée et assise que le plaisir est arrivé (oui, moi aussi je suis déçue en l'écrivant) sous forme de bonnes nouvelles. C'est beaucoup mieux, on va continuer à maintenir la zone bien souple, VOUS NE MANQUEZ NI DE MUSCLES NI DE SOUPLESSE, vous pouvez reprendre la musculation, à condition de bien assouplir ensuite, votre petit exercice est très bon, continuez, l'ordinateur, c'est mal, on se revoit avant l'été. Il est évident que le type qui me parle de mon corps comme de quelque chose de musclé et de souple a tout lieu de se voir investi de ma plus grande considération et admiré de mes grands yeux noyés de gratitude. 

Ce qui signifie que je ne suis pas une pauvre naze, que je remonte la pente de la santé (au moins physique), que je vais pouvoir reprendre doucement les promenades, à condition de me tenir comme ces gens qui se tiennent si merveilleusement droits qu'ils respirent le succès, la santé et le bien-être (quelque chose entre le coq de basse-cour et le Géant Vert) et que je veux un banc de muscu pour mon anniversaire. Ils en font des pas cher Chez Décathlon. 

Pas besoin de kiné, pas besoin de chirurgien de la main, juste un peu de repos pour quelques jours et donc une surveillance bienveillante de mon dos. Dans le livre sur l'origine des maladies, il est écrit sur mes trois vertèbres crispées (L3, 4 et 5) que c'est lié à la frustration sexuelle, au manque d'estime de soi et au manque de reconnaissance sociale. On se demande d'où ils sortent toutes ces âneries. Je vais vous quitter pour aller boire, prendre un anti-inflammatoire et m'allonger un peu. Le contre-coup, ça s'appelle. Des coups comme ça, j'en veux plein.

Commenter cet article

Emilienne 10/03/2010 10:25


J'aime !  et je veux bien faire le géant vert si t'es d'accord :) 


Ardalia 10/03/2010 14:40


How how how ! Trop  tard. ;)


Phil 10/03/2010 09:20


Franchement, le Yoga c'est génial, pour le corps, pour l'esprit !


Anna 10/03/2010 09:19


Que dire alors ? Youpi ? J'aime les bonnes nouvelles. :-)