Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du roman à l'intuition

Publié le par Ardalia

C'est au court de l'année de licence que je me suis aperçue que je n'avais plus besoin de lire. Non pas que la lecture m'a soudainement rebutée mais je n'avais plus cette fièvre, cet enthousiasme sans borne pour le moindre roman, de préférence le plus facile. J'en ai alors conçu une certaine inquiétude, laquelle s'est amoindire durant la préparation de mon mémoire, car mes recherches m'ont ammenée à lire de nombreux  essais, ce que je faisais peu et toujours contrainte jusque-là, et ces lectures m'ont offert d'immenses plaisirs.
Mais mon mémoire fini, je me rendais de plus en plus compte que j'accordais finalement peu d'importance aux pinaillages littéraires, et en DEA, cela me refroidit totalement. Obligée à considérer la recherche, puisque l'enseignement m'était interdit, je me vis avec horreur m'enfermer à nouveau dans une bulle, à faire des recherches dans et pour un très petit nombre de personnes qui ne m'attiraient pas forcément.

J'ai perdu le goût de la littérature, du moins je n'ai plus besoin d'engloutir mon vide dans ce brassage illusoire. Mais les choses ont-elles vraiment changé ?  Si l'on m'avait interrogée enfant, sur mon gout pour la lecture, j'aurais répondu que j'aimais apprendre, que chaque nouveauté spectaculaire du verbe comme de l'imaginaire me ravissait. En fait, c'est plus compliqué : tout en m'enfouissant dans la lecture pour fuir le réel, j'y trouvais un moyen de me rapprocher de la réalité. Au fil du temps, j'ai fini par comprendre que la réalité romanesque ne se superposait pas à la "vraie" vie et qu'aucun savoir supposé ne remplaçait l'expérience.
Cependant, j'ai gardé le plaisir du savoir, son partage, ses surprises, ses secrets. J'aime beaucoup apprendre, discuter ou donner mon avis sur un travail, j'ai des idées assez roides dans certains domaines, mais il me semble que tout cela est surtout un jeu, une foire d'empoigne à la petite semaine que l'on aurait tort de prendre trop au sérieux, sans pour autant la conchier : pour entrer en  maternelle, il faut être propre...
Je m'intéresse de plus en plus aux faits, sur internet, dans les journaux en images ou de papier, dans les essais. Cette acquisition étant encore réxente, mon avis ne vaut pas tripette, mais enfin, les faits sont des appuis plus tangibles, sinon plus vrais que les impressions, sentiments, émotions et autres phénomènes hors de l'intellect. Sortir de la littérature a été le symptôme d'un pas que je faisais dans le réel, hors du besoin névrotique, mais là, je me suis mise à attendre ou plutôt, l'attente qui avait toujours été là n'était plus trompée, éclipsée par le trompe-l'œil littéraire.
Or, cette attente douloureuse n'est pas comprise, pas admise, pas même considérée. La longeur de ma route pèse aux fantasmes de ceux qui ont tellement d'espoir pour moi, qui me chantent "tout ce que j'ai à offrir", sans prendre ce que j'offre maintenant, sans en vouloir, sans perspective autre que leur propre désir. Mais peu m'importe, désormais, les littératures des autres, si mon réel est dur et douloureux, cela ne regarde que moi, si mes illusions s'effritent sans gloire, c'est mon problème.
Tout scientifique sait combien l'intuition prédomine les grandes découvertes, cette faculté absolument et strictement personnelle, individuelle, intransmissible : on n'a d'intuition que par devers soi et pour soi. C'est aussi cela le réel, comprendre que l'intuition n'est pas l'esclave de l'imaginaire, de la littérature, mais son maître caché...
Et c'est là que la littérature est réelle, dans cette fulgurance que l'art va tenter de rendre, cette impression à mettre au jour... Et je cherche mon intuition.
Ai-je trop lu ou pas assez ? Sans doute, pas assez vécu pour le savoir.

Commenter cet article

Emilienne 17/03/2009 09:42

oups je me suis trompée de note... mais bon!

Emilienne 17/03/2009 09:41

je ne sais pas si tu trouveras quelque chose qui n'est pas une fuite en avant si tu regardes toujours les choses avec cet angle-là :)

Ardalia 17/03/2009 13:58


Merci...


marionette 16/03/2009 22:26

salut ardalia!dis donc, ça fait un bail...depuis quelques jours, des billets me chatouillent le bout des doigts, je vais peut-être m'y remettre un de ces quatre, je ne sais pas...sinon le reste va bien, je passe des concours, tout ça, et toi?! sympa le petit déménagement!bises

Ardalia 17/03/2009 08:46


Salut Marionette, contente de savoir que tu vas bien, loin de ton blog. Moi, rien, comme d'hab.
Bise itou. :)