Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au coin d'une lueur

Publié le par Ardalia

Il m'est arrivé parfois, lorsque j'étais enfant, d'être traversée par la beauté d'une façon si puissante, si émouvante, que je jurais alors de me souvenir de cela toute ma vie. Certains de ces serments se sont perdus mais d'autre perdurent, et les images, les musiques, les saveurs y sont conservées dans des coffrets précieux.
Sur le chemin de la maison, en revenant de l'école, se produisait un événement banal qui me ravissait par sa beauté sans cesse renouvelée. Dans un certain coude de rue, le soleil frappait de face le flanc d'une maison et cette lumière allait rebondir de l'autre coté de l'étroite rue sur la ferme des M. C'est l'effet de cette réfraction qui me plaisait, on aurait dit que la pierre était éclairée de l'intérieur, pour ainsi dire qu'elle irradiait. J'en étais frappée comme d'un signe divin, l'image de ce que la foi devait soulever dans le cœur et dans l'âme.
J'ai retrouvé à Toulouse cet oeil d'enfant émerveillable d'un rien, une lueur auprès d'une ombre, une grâce, une plaie...
Je me rapproche de ma lueur, étouffée par la brique, peut-être apaisée. Mais à défaut de pouvoir voir le soleil en face, je traquerai toujouts avec ravissement ses jeux et ses secrets sur la terre des Hommes.

Commenter cet article

Yves 10/03/2009 08:01

Choc en regardant la photos : j'ai crue me retrouver quelques dizaines d'années en arrière rue des Lois.

Ardalia 10/03/2009 15:22


Bien joué, Yves ! En fait, il s'agit de la rue de la chaine, qui est à quelque pas de la rue des Lois et qui a presque la même orientation.


Anna 09/03/2009 15:38

Je suis heureuse pour toi. Savoir profiter de ces "petites" choses, c'est très précieux. :-)

Ardalia 09/03/2009 15:58


Les "petites choses", les lieux de rencontre du banal et du merveilleux...


Emi 09/03/2009 00:32

"J'en étais frappée comme d'un signe divin, l'image de ce que la foi devait soulever dans le cœur et dans l'âme."... Sur ce coup là, on est complètement d'accord. La lumière à Toulouse et la façon dont elle se répand a quelque chose de magique... Cette façon dont tu as de l'éprouver me rappelle tellement la mienne que j'irai presque jusqu'à dire qu'il y a dans ses murs un parfum d'enfance et d'innocence qui peut être senti par ceux qui le veulent bien (et le valent bien aussi :p)

Ardalia 09/03/2009 15:51


Oui, l'œil naïf ne se rassasie jamais... Plus qu'une valeur, c'est une chance, la transformation de la fêlure en antenne à beauté ! ;)


Trappeur 08/03/2009 19:20

C'est vrai que la beauté est à tous les coins de rue.Il faut juste la voir!!!!

Ardalia 09/03/2009 15:47


Eh oui, mais il faut être disponible, Trappeur, ce n'est pas toujours facile.