Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

120/366 C'est pas une flesh

7 Juillet 2012, 21:49pm

Publié par Ardalia

Matière vive à raviver. Chair à crèmer, chair à malaxer, chair à pâter. Les années passent et la gravité triomphe de la viande qui se frippe et se déssèche, tout en trouvant le moyen de se détendre. Les lipidités remplissent les poches des joues, tout en vidant le front de plus en plus osseux. Sous la peau qui s'affine, les capitons se bousculent et se calent moelleusement les uns contres les autres, les vaisseaux bleutés percent les cieux roses et le marbrent de mauvais goût. la matière vive d'avachit par degrés, de moins en moins vive, de moins en moins masse.

 

Aujourd'hui matière vive.

Commenter cet article

pierrerobin 08/07/2012 12:56


Mes excuses pour la gégradation féminine, ça n'était pas du meilleur gout j'en conviens

Ardalia 08/07/2012 19:55



La grégarisation du "gras" nous touche tous, hélas...



brendufat 08/07/2012 11:18


Oh mais il y a de la variété côté masculin aussi, faut pas croire !


On peut se parcheminer tout doucement (le moindre mal pour un amateur de livres...), se flasquir et se dilater (outre à bière), voir sa silhouette passer du point d'exclamation au point
d'interrogation... le choix est vaste.


Bon :  j'ai du retard à rattraper, moi ! sinon la dame va encore être malheureuse et très colère ;-)

Ardalia 08/07/2012 19:42



Bof, le dimanche, elle n'est que très malheureuse. Donc ta visite lui fait très plaisir, bien qu'elle l'invite à parler d'elle-même à la troisième personne, ce qui n'est pas bon signe du point de
vue de sa santé mentale. Elle dira qu'on l'a obligée... ;)



pierrerobin 08/07/2012 07:49


Apocalyptique! Le vieil homme que je suis peut-il encore, après ça, se regarder dans une glace. Les hommes échappent au moins aux capitons, dégradations purement féminines. Hebe au secours, je me
lance dès ce jour dans une cure d'ambroisie...Light bien sur

Ardalia 08/07/2012 10:00



"Dégradations" "purement féminines"... Votre "science" fait peur à voir...